Dystopie, Fantastique, LGBTQ+, Young Adult

Wilder Girls, rendez-vous en terre sauvage

Une île sauvage, trois amies inséparables, une descente aux enfers.

Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine.
D’abord, la Tox a tué les enseignantes, une à une, puis elle a infecté les élèves, dont les survivantes portent désormais ses monstrueux stigmates dans leur chair.
Coupées du reste du monde, cernées par les bêtes mutantes qui rôdent dans les bois alentour et livrées à elles-mêmes, celles qui restent n’osent plus sortir de l’enceinte de l’école. Jour après jour, elles attendent le vaccin que le gouvernement leur a promis.
Hetty et ses deux meilleures amies, Byatt et Reese, se serrent les coudes malgré les privations, bien déterminées à lutter ensemble jusqu’au bout…
Plus glaçant encore que Sa Majesté des mouches, un huis clos féminin et féministe qui a fait frissonner l’Amérique de plaisir !

Parce que je crois que c’est ce que j’ai cherché toute ma vie : une tempête dans mon corps à la hauteur de celle que j’ai déjà dans la tête.

  • Merci grandement à Netgalley et à la Collection R de m’avoir permis de lire ce roman.

Si vous avez vu mon post sur les sorties de ce début d’année, vous savez que Wilder Girls faisait partie de mes sorties les plus attendues, tant j’en ai entendu du bien et cette couverture quoi *.* Au final, j’ai vraiment apprécié ma lecture, qui m’a surprise de bout en bout.

Je connaissais vaguement le sujet de ce roman avant de le commencer, je m’attendais à un univers sombre et un peu glauque, mais clairement pas à ce point-là ! J’avais lu plusieurs chroniques qui disaient qu’il s’agissait d’un roman d’horreur et par certains aspects, on pourrait le dire oui, mais c’est davantage glauque que vraiment de l’horreur, moi qui suis froussarde, je vous assure que ça va. De ce point de vue là, je m’attendais à avoir davantage peur ou être vraiment angoissée par le côté horreur qui au final est soft, même si ça reste angoissant attention.

Côté intrigue, nous sommes plongés dès les premières pages dans l’histoire, au sein de l’île de Raxter avec les filles et c’est assez mystérieux, on ne sait pas trop comment la Tox est arrivée, le pourquoi du comment dans un premier temps, mais plus on avance dans le roman et plus on commence à comprendre ce qu’il s’est passé sur cette île.

L’originalité est le gros point fort de ce roman. J’ai beaucoup aimé l’atmosphère du roman, très très sombre, glauque et mystérieuse. Mais surtout, j’ai aimé le concept de mutation amené avec la Tox, c’est super intéressant et surtout très visuel, on s’imagine sans peine ces jeunes filles et leur environnement transformés et ça ajoute à l’aspect glauque/étrange du roman.

En ce qui concerne les personnages, ils sont extrêmement intéressants. Du moins, je devrais dire elles, car il s’agit d’un ouvrage presque exclusivement féminin et c’est tellement top ! C’est si rare de donner autant la parole aux femmes et encore plus dans un roman de survival/horreur/fantastique, que ça mérite d’être souligné. Ce que j’aime dans les personnages de Wilder girls, c’est que l’on est presque face à des anti-héroïnes, de part le contexte dans lequel elles évoluent. Ce sont des battantes, courageuses, mais qui doivent se battre pour survivre et en y repensant, le titre est totalement en adéquation avec ça. Elles font des choix, pas toujours les bons ou les plus moraux, mais elles le font, pour survivre et c’est ce que j’aime. Cependant, il y a également de l’affection entre certaines filles, comme l’amitié qui lie Byatt, Hetty et Reese qui est atypique et belle en même temps.

Autre point que j’aime beaucoup, c’est le côté LGBT très bienvenu, même s’il n’est pas aussi présent que je l’aurais souhaité, mais au vu du contexte et de l’histoire, c’est normal et au final, je trouve que c’est déjà top de l’avoir intégré.

Parlons cependant du petit point qui fâche, c’est la fin hyper ouverte et je tiens à le dire dans cette chronique, car ça peut vraiment surprendre et pas forcément positivement. Du coup, qui dit fin ouverte dit question qui restent sans réponse malheureusement aussi et il vaut mieux le savoir avant de commencer je pense.

En bref

Malgré la fin trop ouverte à mon goût, je garde un très bon souvenir de cette lecture qui change un peu de ce que je lis habituellement et c’était vraiment génial. Gros point positif pour le côté féministe et LGBT du roman également.

  • Wilder Girls – Rory Power – Collection R – Paru le 13 février 2020 – 17.90€

2 réflexions au sujet de “Wilder Girls, rendez-vous en terre sauvage”

  1. Oh mince, moi non plus je n’aime pas trop les fins ouvertes. Mais bon il a vraiment l’air génial. En lisant le post j’ai beaucoup pensé à dix, l’île, le huis clos, je ne sais pas trop.
    Enfin bref un de plus pour ma WL

    Aimé par 1 personne

Répondre à lalectricelunatique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s