Contemporain, Fantasy, Jeunesse, LGBTQ+, Science-fiction, Young Adult

Méli-mélo de chroniques (Babel Corp, Panique à Gémélia, Je ne meurs pas avec toi ce soir & Un garçon, c’est presque rien)

Bonjour les lunars, on se retrouve aujourd’hui avec plusieurs chroniques car j’ai beaucoup beaucoup de retard sur les avis lecture donc j’ai choisi de vous faire un article regroupant plusieurs petites chroniques (un peu comme un point graphique). Et on commence avec :

Babel Corp

Emmett embarque sur Genesis 11, un vaisseau de la compagnie Babel Corp, avec d’autres ados défavorisés. Leur mission : récolter sur la planète Eden une substance fossile ultrapuissante, la noxolyte. Or, seuls les meilleurs seront autorisés à débarquer. A bord, les épreuves cruelles et biaisées succèdent aux entrainements violents, et Emmett se méfie de plus en plus de Babel Corp. Jusqu’où la compagnie est-elle capable d’aller ? Mais Genesis 11, lancé dans l’immensité intergalactique, garde jalousement ses secrets

Je verse des larmes de joie et de chagrin, de regret et d’espoir. Quand je réussis enfin à me reprendre, chacun de mes pas résonne comme une promesse.

J’avais repéré cette sortie chez Milan à l’annonce de sa sortie mais la couverture ne m’avait pas tapé dans l’œil et le fait que je doive déjà lire le millier de livres dans ma PAL à fait que je ne me suis pas intéressée de suite à lui. Cependant, @ideealire en a beaucoup beaucoup parlé sur son compte Instagram et généralement, quand elle aime quelque chose, c’est que ça vaut le détour. Et de fil en aiguille, j’ai vu de plus en plus d’avis élogieux sur ce roman et donc je me suis lancée. Et clairement, je ne le regrette pas, c’était vraiment sympa.

Je dois avouer avoir eu un tout petit peu de mal à me mettre dedans au début mais c’est plutôt dû à ma panne de lecture de l’époque qu’à la qualité de l’histoire car une fois embarquée dedans, j’ai eu beaucoup de mal à décrocher. Le point positif de ce livre, c’est qu’il est hyper addictif et clairement, il m’a aidé à sortir de ma panne de lecture que je me trainais depuis des mois et ça, c’est top !

Comme je le disais précédemment, Babel Corp est un récit de SF très addictif, je lis peu de SF même si c’est un genre que j’adore et là, on est servi car on est embarqué dans un voyage direction l’espace. Ce premier tome pose les bases de la série et ne vous attendez pas forcément à voir des planètes et autres car c’est plutôt un hui-clos qui ne situe l’histoire que dans le vaisseau pour ce premier volume. On suit les personnages dans leur entrainement assez musclé il faut le dire et il va y avoir diverses péripéties.

C’est addictif, c’est haletant après ce n’est pas un coup de cœur parce que j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, j’aurais aimé qu’on se concentre un peu plus sur les sentiments et ressentis des héros. Et je m’attendais à un peu plus de rebondissements et de révolte de la part de Emmett, affaire à suivre dans le second tome donc !

  • Babel Corp, Tome 1: Genesis 11 – Scott Reingten – Milan – Paru le 10 juin 2020 – 17,90€

Panique à Gemelia

Au royaume de Gémelia, tout le monde naît par deux. Perdre son jumeau est une malédiction. Ivan, jeune garçon qui ne doute de rien et surtout pas de lui, ne peut accepter le mystère qui entoure la mort de son frère : il mène l’enquête. TOUTES les enquêtes ! Un jour, il est sollicité en urgence au palais pour résoudre l’énigme du prince empoisonné. Seule une potion magique préparée par la sorcière de la forêt enchantée pourra le sauver. Mais voilà : la jumelle de cette sorcière est maléfique, et personne n’est encore parvenu à les différencier ! Dans ce monde où tout est dédoublé, il est difficile de s’y retrouver… Heureusement, Ivan peut compter sur Cornélius, une licorne aigrie ayant perdu sa corne, pour rassembler les indices.

Mais il est temps que je sois courageux et que j’arrête de me cacher derrière le postérieur d’une licorne sans corne.

C’était ma première découverte de la plume de l’autrice et j’en suis ressortie ravie car ce roman est vraiment vraiment bien et j’ai été agréablement surprise lors de ma lecture. C’est un roman jeunesse adressé à de jeunes lecteurs et c’est d’autant plus intéressant au vu des sujets traités dans ce court roman.

En effet, sous fond de petite enquête, l’autrice aborde le thème du deuil avec une justesse incroyable (parmi d’autres) et ça m’a beaucoup touché. Je trouve également ça chouette que le héros soit aromantique, c’est mentionné dès le début du roman avec naturel et voilà, je trouve ça top également. Concernant l’histoire, l’enquête est plutôt chouette et plaira aux petits lecteurs à coup sûr et surtout l’humour est ultra présent et ça donne une atmosphère plutôt chouette au roman. Bref, je vous le recommande chaudement !

  • Panique à Gémélia – Betty Piccioli – Gulf Stream – Collection Etincelles – Paru le 11 juin 2020 – 12,50€

Je ne meurs pas avec toi ce soir

Lorsqu’une dispute entre un lycéen noir et un lycéen blanc se transforme en émeute raciale et gagne la ville, Campbell, blanche, et Lena, noire, camarades qui se connaissent à peine, fuient le lycée et traversent la ville ensemble pour aller retrouver le petit ami de Lena. Ces heures angoissantes sont pour elles l’occasion d’apprendre à se connaître et à dépasser leurs préjugés.

Non, si tu lui laissais une chance, je n’aurais pas besoin de te mentir.

Voilà un roman que j’ai vu pas mal circuler lors de sa sortie, il a un peu fait parler de lui mais j’en avais vu plutôt des avis mitigés donc je suis partie sans aucune attente et j’ai bien aimé ce roman mais comme beaucoup, j’ai eu cette sensation de pas assez. Pas assez de développement, pas assez de tout.

L’histoire est percutante, forte, poignante car on parle de racisme, d’émeutes, de violences et c’est par moment dur à lire tant l’histoire choque et bouleverse. C’est ce que j’ai préféré dans ce roman, l’histoire de cette violence et comment une étincelle peut mettre le feu aux poudres, c’est tellement d’actualité en même temps. Et pour le côté plus négatif, ce sont les héroïnes qui sont plutôt en retrait de l’histoire et c’est difficile de s’attacher à elles tant elles ne sont pas tellement développées.

Le truc avec ce roman, c’est qu’il faut se dire que l’on suit les héroïnes que pendant un laps de temps très court, donc c’est plutôt un récit type hui-clos dans le sens où l’histoire nous raconte que l’instant T, ni plus, ni moins donc ça peut frustrer. Ca reste cependant un récit important à lire pour son sujet.

  • Je ne meurs pas avec toi ce soir – Kimberly Jones – Milan – Paru le 24 juin 2020 – 14,90€

Un garçon c’est presque rien

Une chambre d’hôpital. Dans le lit, un garçon. A côté, une fille, qui attend qu’il se réveille. Au travers du coma de Roméo, son histoire : pourquoi, comment, la vie l’a-t-elle amené là ?

C’est quoi ce qui se passe dans la tête d’un homme parfois ? C’est quoi ce besoin de toute puissance ? C’est quoi cette virilité brutale qui s’empare de certains et les rend fous, et les rend violents, et les rend cruels ? Qui sont ces hommes-là ? Que s’est-il passé en eux pour qu’ils prennent cette direction, pour qu’ils fassent de tels choix ? Comment en arrive-t-on à de telles extrémités ? En quoi est-ce essentiel de dominer ? Est-ce que cela rend plus grand ? Est-ce que cela rend plus important ? Pourquoi dit-on du sexe masculin qu’il est le premier ? Si tout homme a eu une mère, pourquoi ce besoin de la supplanter ? Y a-t-il en l’homme la prédisposition à la destruction ? Pourquoi ce désir de prendre par la force ce qu’il ne possède pas, ce qu’il ne possèdera sans doute jamais ? En quoi la liberté d’une femme serait-elle une entrave à sa propre liberté ? Et puis l’égalité c’est pour quand ? Est-ce que ça peut exister vraiment ? […] C’est quoi ce besoin de mener constamment des batailles, remporter des trophées, piétiner les corps, ne pas faire de quartier ? Le plaisir que certains prennent à humilier, cogner, blesser, brutaliser ? C’est quoi ce plaisir ? C’est quoi cette perversité ? Est-ce qu’on peut encore sortir de ce schéma ? C’est quoi devenir un homme si être un homme cause tant de dégâts ?

Je voudrais qu’on me laisse le droit

De ne pas devenir comme ça.

Cet article s’achève avec ce roman que j’ai beaucoup beaucoup aimé. Lors de ma chronique de Moon Brothers, je vous avais dit que j’avais du mal avec les romans écrits en vers mais j’ai voulu retenter l’expérience avec Un garçon c’est presque rien, et si j’ai eu un peu de mal au début (à cause de cette écriture en vers), j’ai fini par vraiment me laisser porter par l’histoire.

Je dois avouer que je ne savais pas trop à quoi m’attendre en le commençant car le résumé n’en révèle que peu et au final je suis contente de m’être plongée dedans sans trop en savoir car je n’en ai été que plus surprise. Ce roman parle de sujets très forts, comme vous pouvez le deviner avec la citation. Le héros que nous suivons se sent à contre-courant des autres garçons de son âge et se questionne par rapport à ça et cela apporte de belles réflexions sur les garçons et les filles, il y a un côté féministe dans ce roman qui me plait. J’ai été vraiment touché par certains passages du roman et je vous le recommande vivement.

  • Un garçon, c’est presque rien – Lisa Balavoine – Rageot – Paru le 26 août 2020 – 15,50€

Voilà pour ce court point lecture, j’espère que cela vous a plu et n’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu certains de ces livres ou si vous aimeriez en lire certains. Bon dimanche les lunars et rendez-vous demain 🌙

1 réflexion au sujet de “Méli-mélo de chroniques (Babel Corp, Panique à Gémélia, Je ne meurs pas avec toi ce soir & Un garçon, c’est presque rien)”

  1. Coucou, Un garçon c’est presque rien est dans ma pal, j’avoue que Babel Corp me dit bien, mais en lisant le résumé je me suis souvenue que je n’ai pas fini la série nous sommes légion et ça m’a donné envie de m’y remettre, je le laisse quand même dans ma WL.
    Panique à Gemelia à l’aire chouette aussi.
    Merci pour cette super chronique.
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s