Contemporain, LGBTQ+

One last stop ðŸ³ï¸â€ðŸŒˆ

À vingt-trois ans, August s’installe à New York pour échapper à sa mère, avec qui elle entretient une relation compliquée. Cynique et intentionnellement solitaire, elle tombe malgré elle au beau milieu d’un véritable nid de fou : une colocation joyeuse et extravagante, où discussions et fêtes se succèdent. Mais, sceptique, elle ne se laisse pas vraiment toucher par la ville fascinante et insaisissable qu’elle découvre peu à peu.

Et si ce n’était pas déjà assez déroutant, voilà que par un matin de galère, sur le chemin de la fac, elle fait la rencontre d’une certaine Jane qui n’hésite pas à la sortir d’un mauvais pas. August en reste abasourdie : qui est cette fille belle à tomber qu’elle croise et recroise sans cesse sur sa ligne de métro new-yorkais ? En tout cas, la jeune inconnue au blouson de cuir, à la fois mystérieuse et solaire, n’est pas ce qu’elle prétend… Car, là, sur le mur du légendaire diner où August joue les serveuses pour se faire un peu d’argent, le visage de Jane illumine une photo prise… dans les années 1970 ! Comment expliquer ce prodige ?

Quand je te regarde, je me sens plus réelle que je ne l’ai jamais été. Cette sensation est si violente que ça me brûle, juste là.

  • Diversité: F/F, pp bi et grosse, pp lesbienne et sino-américaine, ps noir et queer, ps gay, ps trans et latinx

Comment vous dire à quel point j’avais hâte de découvrir cette histoire après l’excellente lecture qu’a été My Dear Fu***ing prince l’an passé. Surtout que cette fois-ci, nous allons avoir une histoire entre deux jeunes femmes et il y en a si peu de traduite, vraiment j’avais hâte. Et j’ai évidemment aimé cette lecture, peut être même plus que le précédent de l’autrice car certains défauts que j’avais repéré dans MDFP ne sont plus (trop) présents dans celui-ci.

Premièrement, il convient de dire qu’il s’agit d’une très belle histoire où se mêle un panel de personnages queers tous plus attachants les uns que les autres. Je crois qu’il n’y a pas un seul personnage que je n’ai pas aimé dans ce roman. J’ai adoré découvrir cette bande de copains que forme Myla, Wes, Niko et Isaiah et bien sûr notre August pour le pire mais surtout le meilleur. J’ai aimé sentir ce lien qui les relie les uns aux autres, l’amour qu’ils se portent mutuellement et ce soutien sans faille. C’est vraiment une belle brochette d’amis que nous suivons et c’est l’un des points forts de cette histoire.

J’ai trouvé l’idée du roman très intéressante, j’étais sceptique en lisant le résumé sur comment Casey McQuiston allait mélanger roman contemporain et pointe de fantastique avec le voyage dans le temps mais écoutez, je suis convaincue. Finalement, tout trouve un sens et ça tient à peu près la route, moi ça me suffit. Et nous rencontrons Jane, notre fameuse voyageuse du temps. Quelle personnalité aussi ! Avec August, elle forme un super duo et j’ai aimé que leur histoire prenne le temps de se construire, elles apprennent aussi à se connaître, à comprendre ce qui arrive à Jane et la romance s’installe tranquillement et ça m’a plu. Et tout comme dans MDFP, c’est légèrement hot par moment.

Comme je l’ai mentionné précédemment, il y a tout un cast de personnages queers dans ce roman et cette communauté à une place centrale dans ce récit qui inclus beaucoup de références au mouvement queer des années 70, époque de Jane et c’est extrêmement intéressant. Et il y a aussi des passages parlant de Drag Queen car plusieurs persos du roman sont drags et c’est chouette. C’est un roman qui fait du bien, rempli d’amour et de tolérance et comme le dit si bien Planète Diversité dans son article « One Last Stop c’est aussi une lettre d’amour à la communauté queer. »

Et il est important de le souligner aussi, il y a moins de longueurs que dans le précédent roman de l’autrice même si les chapitres sont encore interminables, Casey s’il te plait, arrête les chapitres de 30 pages 🙏 C’est le seul vrai défaut que je lui trouve, ça et les tics de langages pour parler des personnages comme dans MDFP qui parfois plombent un peu le roman mais ce sont plutôt des défauts sur la forme que sur le fond qui est très bon.

En bref

Une très très belle lecture queer parfaite pour ce mois des fiertés, je crois que j’ai même préféré celui-ci à My Dear Fu***ing prince, c’est dire ! Je vous le recommande évidemment 🏳️‍🌈

  • One last stop – Casey McQuiston – Lumen – Paru le 5 mai 2022 – Disponible à 17€ pour le papier et 9,99€ pour l’ebook

9 réflexions au sujet de “One last stop ðŸ³ï¸â€ðŸŒˆ”

  1. J’avais pas tellement aimé MDFP, mais ton article une fois de plus me donne envie.
    J’ai proposé a une amie avec laquelle on fait un LC de Six mois par an de lire celui ci après.
    Merci et bisous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s